lundi 21 janvier 2013

Les papattes dans la poudreuse


C'est un plaisir que l'on ne peut guère s'offrir, sous nos latitudes haut-normandes, que deux ou trois jours dans l'année, et encore pas toujours : il s'agit donc de ne pas louper le coche ! Évidemment, dans le petit bois, à couvert des arbres, ce n'est pas la Sibérie du nord, question enneigement ; mais dans les champs et les chemins, il y a tout de même de quoi se geler un peu les coussinets. Après, on rentre au chaud et on se rendort jusqu'à la gamelle du soir…

5 commentaires:

  1. "C'est un plaisir que l'on ne peut guère s'offrir, sous nos latitudes haut-normandes"

    Ah mais un peu de patience ! Hollande vient d'être élu. Il va enrayer le réchauffement climatique et hop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il guérit les écrouelles, aussi ?

      Supprimer
    2. En revanche, pour les hémorroïdes, il délègue à Ayrault…

      Supprimer
  2. Surtout n'oublions pas de sécher les coussinets car les engelures sont vites arrivés.
    Vivement le printemps tout de même...

    RépondreSupprimer